• Biscuits au beurre de cacahuètes

             

              Réalisés une fois : adorés. Réalisés une deuxième fois en sachant que je ne prenais pas de risques avec cette recette. Recette qui provient d’un blog sur lequel j’étais tombé par hasard : Les Joyaux de Shérazade vous connaissez ?
    Bref, vous aurez compris : j’avais besoin de biscuits simples qui feraient l’unanimité, ou presque… les gens qui n’aiment pas le beurre de cacahuètes, vous ratez votre vie : HONTE A VOUS.
    En tout cas, les inconditionnels de ce corps gras (mais détrompez-vous, ce n’est pas aussi calorique que vous le croyez !) n’en feront qu’une bouchée : texture friable et fondante à souhait… miom miom j’en rêve encore, je vous le dis !

     

    Biscuits au beurre de cacahuètes

     

    Pour une vingtaine de petits biscuits :


    - 120g de beurre de cacahuètes
    - 70g de beurre doux… mou
    - 140g de farine
    - 100g de sucre blanc
    - 1 pincée de sel
    - ½ càc de levure chimique
    - ½ càc de bicarbonade de soude

    Commencez par battre le beurre doux avec le sucre et ajoutez-y le beurre de cacahuètes.
    Ajoutez ensuite les ingrédients sec (farine, sel, bicarbonate, levure).
    Pétrissez rapidement et réservez au frais pendant 30 minutes minimum.

    Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, disposez des petites boules de pâtes que vous aplatirez à l’aide de deux coups croisés de fourchette.
    Enfournez 15 minutes environ à 180°.

     

    Biscuits au beurre de cacahuètes

     

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •           Lorsque je ne sais pas quoi faire, j’aime bien prendre un bout de papier et griffonner des idées. Des idées d’associations d’aliments, des idées de pâtisserie, de présentation, bref. Des idées.
    Dans cette même journée manquant de loisirs, j’ouvre les placards et vois une vieille boîte de chocolat Poulain 1848, du cacao en fait, mais sucré. Fait pour réaliser des chocolats chaud à la base.
    Et dans cette même journée manquant de loisirs, j’ai une envie de Milka. Du Milka ouais. Moi, éternelle fidèle du chocolat noir, boudant le chocolat au lait et reniant le chocolat blanc !
    Mais non, cette idée est bien ancrée dans mon crâne et ne veut pas s'en défaire : des cookies noirs aux pépites de chocolat blanc. Un peu à la Laura Todd, le genre de cookies américains qui s’étalent à la cuisson et qui a une texture fondante en son cœur, un peu comme un gâteau bien moelleux, et bien humide.

     

     

              Bref, après des recherches sur plusieurs blogs américains, je me base sur une recette Baker Bettie en la modifiant. Bah oui, j’utilise mes cups quand même, mais comme je suis compréhensive et aware que certains n’ont pas ces mesures, je leur fais une conversion rapide : d’après le site Le Monde, un cup équivaut à 236,59 mL. (j’ai testé ces mesures pour une recette de muffins à l’avoine du temps où je n’avais pas encore mes cups chéries, elles sont ok).

              Ah, et si vous voulez vous faire une idée de la texture… étant donné que la famille de mon Jules les a goûté, j’ai eu différents avis, et plusieurs m’ont dit qu’ils leur faisaient beaucoup penser à ceux de La Mie Caline, ou Subway (mais ceux-ci seraient plus moelleux que ceux de Subway).

     

     

    - ½ cup de beurre mou (115g)
    - ½ + ¼ cup (3/4) de sucre semoule (168g)
    - 2 œufs
    - ½ cup de chocolat en poudre très cacao dégraissé sucré onctueux et gourmand 1848 Poulain (vous voulez que je continue ?) (120mL – sinon je pense à peu près 75g)
    - 1 + ½ tsp de levure chimique (1 càc et demie)
    - 1 tsp de sel de Guérande (la française que je suis refait surface…) (1 càc)
    - 1 + ¼ cup de farine blanche (175g)
    - quelques gouttes d’extrait de vanille
    - 200g de chocolat Milka blanc


    Commencez par battre le beurre avec le sucre. Ajoutez ensuite les œufs un à un et la vanille.
    Dans un saladier, mélangez la farine, la levure, le cacao et le sel.
    Coupez le chocolat en grosses chunks (pépites quoi). Mêlez-les au mélange sec.
    Incorporez doucement celui-ci au beurre, juste ce qu’il faut pour que tout s’amalgame convenablement.
    Préchauffez votre four à 180°.
    Sur une plaque tapissée de papier sulfurisé, disposez des boules de pâte (à l’aide d’une cuillère à glace, c’est le top du top : fait en un rien de temps et on ne s’en met pas partouuuuut) assez espacées (elles s’étalent à la cuisson).
    Enfournez vos cookies pour 8 à 10 minutes (personnellement j’ai opté pour 8 minutes pour les avoir fondants), et une fois sortis du four, laissez-les refroidir sur la plaque chaude pour qu’ils continuent de cuire doucement.

    Dégustez… avec un bon verre de lait froid… sur le canapé… bien accompagné si possible… et devant un bon film ! :D

              

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •           Il était une fois une Baby Shower… avec un thème féminin à souhait : le hippie chic floral, dans les tons roses, bien évidemment.
    Eh oui, je vais devenir tata… DEUX FOIS ! Un bébé prévu pour juillet, un autre pour août, autant dire que je suis heureuse !
    Je me suis donc joyeusement portée volontaire pour m’occuper des pâtisseries qui trôneront fièrement lors de la fête de naissance du bout de chou.

     

    Aujourd’hui, c’est donc des macarons… roses, et de saison ! Des macarons à la pistache avec un cœur de fraises fraîches. 

     

    Macarons pistache - fraise

     

              Fidèle à la meringue française, j’ai emprunté la recette à Sébastien Serveau qui est tirée de son livre Leçon de Cuisine spécial macarons. Pour ce qui est de la ganache, j’ai aveuglément jeté mon dévolu sur la recette de Pierre Hermé qui travaille avec la couverture Ivoire de Valrhona que j’ai depuis quelques mois maintenant d’ailleurs (un pure merveille !).

     

    Macarons pistache - fraise

     

    Coques :

    - 55g de poudre d’amandes
    - 112g de sucre glace
    - 60g de blancs d’œufs (préparez les la veille minimum)
    - 25g de sucre semoule
    - colorant rose


    Commencez par mixe et tamiser la poudre d’amandes et le sucre glace.
    Montez les blancs en neige en ajoutant petit à petit le sucre semoule. Votre meringue est prête lorsqu’elle fera des « becs d’oiseaux » sur les fouets.
    Versez le mélange poudre d’amandes/sucre glace sur les blancs et macaronnez. Ajoutez le colorant à ce moment. La pâte est prête lorsqu’elle retombe en ruban.
    Pochez les macarons sur une plaque tapissée de papier sulfurisé.
    Faites cuire 18 minutes à 140° (à vous de voir en fonction de votre four, faites des essais, la recette originale préconisait 12 minutes à 150° par exemple…) en retournant la plaque à mi-cuisson.

     

    Ganache pistache :
    - 150g de couverture Ivoire Valrhona (chocolat blanc)
    - 150g de crème liquide
    - 22g de pâte pistache
    - extrait d’amande amère

     

    Faites bouillir la crème liquide avec la pâte pistache.
    Coupez le chocolat blanc en petits morceaux.
    Versez la crème sur le chocolat pour le faire fondre.
    Ajoutez l’extrait d’amande amère.
    Mixez le tout au mixeur plongeant pendant 10 minutes.
    Mettre au frais.

     

    Macarons pistache - fraise

     

    Montage :

    Coupez les fraises en brunoise.
    Sur une première coque de macaron, disposez la ganache pistache, creusez légèrement le centre et déposez-y un peu de fraise. Posez la deuxième coque sur le dessus.
    Pour plus de peps, faites un petit trait de couleur rose sur le dessus du macaron avec un pinceau.

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    1 commentaire
  •           Hier, allongée sur mon lit, flânant sur Pinterest, une folle envie de rouleaux de printemps m’est apparue (oui oui ça m’arrive, et quand l’envie est là, je m’arrange toujours pour étancher ma soif dès le soir même !)…
    Je tape donc « spring rolls » dans la barre de recherche, et là, je tombe sur le merveilleux blog « La raffinerie culinaire »… magique ce blog ! J’ai donc passé deux meeeeerveilleuses heures à le dévorer des yeux, et je me suis enfin attelée à la préparation des rouleaux de printemps (après avoir fait un tour à l’épicerie asiatique ;)) selon la recette de son blog.

    Quel bonheur de cuisiner après autant de temps loin des fourneaux !!

     

    Rouleaux de printemps au poulet à la citronnelle et à la cacahuète

     

    Pour 18 rouleaux de printemps :

     

     

    Poulet poché :

     

    - 2 escalopes de poulet assez fines
    - 1 bâton de citronnelle
    - 7/8 branches de coriandre
    - 4 grains de poivre noir
    - 1 càc (petite) de gros sel
    - 2 càs de Nuoc Mam
    - 1 gousse d’ail

     

    Pour commencer, pochons le poulet !
    Rien de plus simple : coupez la citronnelle en petits tronçons, émincez grossièrement la coriandre, écrasez la gousse d’ail et hop, dans de l’eau (3 cm au dessus du poulet) avec le reste des ingrédients (poivre, sel, nuoc mam).
    Mettez le tout sur le feu (assez fort), et dès que ça bout, retirez ! Laissez la casserole de côté pour que le poulet continue de cuire dans son eau chaude, doucement, et pour qu’il s’imprègne de tous ces arômes.

    Au bout d’une heure et demie, sortez les blancs de poulet, séchez le à l’aide d’un papier absorbant et coupez-le en fines lamelles.

     

    NE JETEZ PAS LE BOUILLON !

     

    Sauce à la cacahuète :

     

    - 1 càs de cacahuètes
    - 1 càs de carotte coupées en brunoise
    - 1 càs de sucre

    - 1 càs de sauce soja douce (sucrée)
    - 2 càs de vinaigre de riz
    - 1 càc de concentré de tomates
    - 6 càs d’eau chaude

    Pendant que votre poulet prend son bain, occupez-vous à présent de la sauce.
    Commencez par torréfier vos cacahuètes dans une poêle. Ensuite, concassez les (enroulez-les dans un torchon et BAM c’est alors que le rouleau à pâtisserie intervient pour casser ces pauvres cacahuètes sans défense !).

    Dans un ramequin, mélangez la sauce soja, le vinaigre de riz, le sucre, l’eau chaude et le concentré de tomates. Rajoutez enfin les carottes coupées en brunoise et les cacahuètes.
    Réservez.

     

    Reste des ingrédients :

     

    - 18 feuilles de riz

    - 1 avocat mûr
    - 3 càs de jus de citron
    - 3/4 branches de coriandre
    - une dizaine de feuilles de menthe
    - 2 carottes
    - une bonne poignée de vermicelles de riz
    - des cacahuètes non salées
    - une dizaine de feuilles de laitue

     

    Une fois votre sauce faite, la découpe de légumes/herbes s’impose : les carottes en fins bâtonnets,  la laitue, la coriandre émincée et la menthe émincées.
    Puis vient le tour de la purée d’avocat : coupez votre avocat en deux, délivrez-le de son noyau, et enfin de sa chair. Dans un bol, écrasez grossièrement celle-ci en ajoutant le jus de citron et la coriandre préalablement émincée. Salez.
    Ensuite, c’est au tour des vermicelles de riz de passer à la casserole : dans une eau bouillante, faire cuire 5 min, égouttez et rincez à l’eau froide.

     

    Roulage des rouleaux (héhé) :

     

    Rouleaux de printemps au poulet à la citronnelle et à la cacahuète

    Préparez vos ingrédients de sorte qu’ils soient tous près de vous (carottes, menthe, salade, vermicelles, poulet, cacahuètes, crème d’avocat). Préparez aussi un plat rempli d’eau froide, et un torchon humide que vous étalerez devant vous.

    Commencez par tremper la feuille de riz 4/5 secondes et étalez-la sur le torchon.
    Au bord (pas trop non plus) de votre feuille, commencez par étaler un peu de votre crème d’avocat, placez ensuite tous vos autres ingrédients.
    Commencez par roulez légèrement votre feuille, rabattez ensuite les côtés de la feuille de riz, et finissez de rouler. VOILAAAA !

     

    Comme Melle La Raffinerie Culinaire le conseille, vous pouvez faire ces spring rolls la veille pour le lendemain, mais tachez de les enrouler dans un film alimentaire pour ne pas que les feuilles de riz durcissent et sèchent.
    Ah et, essayez de les stocker au frais au moins une heure avant la dégustation, c’est meilleur. J

     

     

    BONUS BABY :

     

              Petite recette pour ne pas jeter votre super bouillon aux arômes de fou dans lequel votre poulet a nagé pendant une heure et demie : agrémentez-le des restes de légumes/vermicelles (il me restait un peu de carottes, de vermicelles, et de poulet), ajoutez quelques cuillères de sauce soja, des oignons verts, chauffez, et hop, voilà un bouillon désaltérant et super parfumé pour aller avec vos rouleaux de printemps !

     

    Rouleaux de printemps au poulet à la citronnelle et à la cacahuète

     

     

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • BONNE ANNEE !

    Pour cette nouvelle année qui commence, une petite recette simple, mais efficace et qui plaira aux petits comme aux grands... et même aux non-addicts du chocolat noir (testé et approuvé oui. ;)) !
    Je voulais absooooolument tester ma toute nouvelle acquisition gourmande : du chocolat Valrhona noir Caraïbe 66%, eeeet avec cette mousse c'est chose faite ! La compotée de bananes étant assez sucrée, je me disais qu'il fallait une mousse peu sucrée.

    Je ne vois qu'un petit bémol à la recette, la mousse était un peu trop compacte à mon goût, la prochaine fois je l'allègerai avec un peu plus de crème je pense (contradictoire n'est-ce pas ?).

     

     Recette pour 4 verrines

    Compotée de bananes :


    - 3 bananes
    - 15g de beurre
    - 2 càs de sucre roux
    - 1/2 gousse de vanille
    - 1/2 fêve tonka

    Commencer par couper les bananes en petits morceaux (genre brunoise).
    Faire revenir dans un mélange de beurre et sucre afin qu'elle caramélisent bien.
    Répartir au fond des verrines.

     

    Mousse au chocolat :

    - 100g de chocolat noir 66%
    - 1 sachet de sucre vanillé (facultatif, je l'ai rajouté pour atténuer le goût un peu amer du chocolat noir, qui peut en gêner certains)
    - 3 oeufs
    - 2,5 cl de crème liquide entière

    Faire fondre le chocolat avec la crème. Laisser refroidir.
    Séparer le blanc des jaunes. Ajouter les jaunes au chocolat et monter les blancs en neige.
    Ajouter le sucre vanillé au chocolat.
    Incorporer délicatement les blancs d'oeufs.
    Verser la mousse par dessus la compotée de bananes et réserver au frais 1h30 au minimum.

     

     
    Ah et j'oubliais, j'ai inauguré autre chose avec cette recette : mon tout nouvel appareil photo !! Pour les curieux-ses, c'est un hybride : le OMD E-M10 de Olympus.
    Cela faisait pas mal de temps déjà que les réflex me lorgnaient, mais la fragilité, le prix et surtout l'encombrement (mon appareil me quitte rarement et est souvent dans mon sac) me freinaient un peu. Et pour mes 20 ans, j'ai décidé de me documenter plus sérieusement et de me lancer, c'est alors que je suis partie sur l'hybride, qui est souvent pris pour "un réflex sans l'encombrement". :)
    Pour l'instant je n'ai que l'objectif de base, mais je compte bien jeter mon dévoué sur d'autres qui conviendront davantage à la photo culinaire. :) Maiiiis, tout doux, c'est que ça n'est pas donné ces petites choses là, lol !

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires